INPES : Le monoxyde de carbone et l’aération de la maison

Par webmaster, le 24 octobre 2013

Dr Dominique Chataigner, du Centre Anti Poison de l’hôpital Fernand Widal
Mme Ghislaine Goupil du Laboratoire central de la Préfecture de Police de Paris, chef de la section air et mesures du pôle environnement

Aujourd’hui nous allons vous informer sur les risques très graves d’intoxication au monoxyde de carbone. En effet aujourd’hui le monoxyde de carbone reste la première cause de mort toxique accidentelle, et les accidents surviennent la plupart du temps l’hiver…

Le monoxyde de carbone : première cause de mort toxique accidentelle.
Avec le froid, il est légitime d’augmenter le chauffage. Du monoxyde de carbone ou (CO), un gaz particulièrement toxique résultant d’une mauvaise combustion peut alors se dégager des appareils de chauffage, des cheminées et des moteurs à combustion interne (fonctionnant au gaz, au bois, au charbon, à l’essence, au fuel ou encore à l’éthanol). Plus des trois quarts des intoxications ont ainsi lieu pendant la période de chauffage, d’octobre à mars environ.
Chaque année en France, 6 000 personnes sont victimes d’une intoxication due au monoxyde de carbone (CO), et 100 en décèdent. De même 10.000 personnes sont victimes d’un incendie domestique. 

N’importe qui peut être victime de cette intoxication. En effet près des trois quarts des Français équipés d’appareils de chauffage à combustion ne sont pourtant pas conscients d’avoir à leur domicile des appareils susceptibles d’émettre du monoxyde de carbone.

Qu’est-ce que le monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz issu de la combustion de carburant (propane, gaz naturel, essence, huile, charbon et bois, par exemple). Il est difficile à déceler car il est incolore, insipide et inodore : sournois et très dangereux.

Les sources de monoxyde de carbone pouvant polluer l’air intérieur :
Les appareils de chauffage, les chaudières, appareils de combustion,
Les barbecues, les grils, les chaufferettes et d’autres appareils de combustion non ventilés qui sont conçus pour un usage extérieur ;
Les véhicules qui tournent au ralenti dans un garage attenant à des maisons ou à des immeubles ;

Les effets :

Les symptômes d’une faible exposition : maux de tête, nausées, vomissements, engourdissements sont les symptômes qui doivent absolument alerter… si plusieurs personnes ressentent les mêmes symptômes dans un appartement, ça peut être une intoxication au monoxyde de carbone.
Ensuite perte de connaissance pouvant conduire au décès. C’est la phase la plus grave de l’intoxication bien sûr. Si l’intoxication se produit la nuit pendant le sommeil, il est impossible pour les personnes de s’en rendre compte, elles perdront connaissance pendant leur sommeil.

Les conseils : pour éviter tous risques, il est nécessaire de confier l’installation des appareils de combustion à des professionnels qualifiés. Vérifier que l’évacuation des fumées se fasse en dehors de l’immeuble et que le conduit ne soit pas obstrué ou en mauvais état.

Ceci concerne :

toutes les chaudières, les chauffe-eau, les inserts de cheminées, les poêles.
Faire ramoner 1 fois par an pour les appareils alimentés en gaz en fioul et 2 fois par an pour les combustibles solides.

Ne jamais utiliser pour se chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, barbecue, etc ;

** Il est possible d’acheter des appareils des détecteurs de monoxyde de carbone dans le commerce (ce n’est pas très cher environ 15 à 30 euros).

L’aération des lieux de vie est essentielle :

Faire un entretien complet des VMC tous les 3 ans (nettoyage, maintien des gaines, vérification des entrées d’air…)

Il est impératif de ventiler l’appartement ou la maison tous les jours. Ne jamais boucher les ouvertures d’aération ou ne pas les cacher derrière un meuble ou un revêtement.. .

Que faire en cas d’accident :

Les consignes de sécurité en cas d’accident dû au monoxyde de carbone sont simples :

- Aérer immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres.
- Arrêter si possible vos appareils à combustion.
- Evacuer les locaux et vider les lieux de leurs occupants.
- Appeler les secours : les pompiers (18) ou le SAMU (15)
- Ne réintégrer les locaux qu’après le passage d’un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l’intoxication et proposera les travaux à effectuer (rôle du laboratoire central de la préfecture de Police). Le laboratoire est intervenu à 150 reprises en 2013.

Adresses et contacts utiles :

www.prevention-maison.fr

En cas d’urgence : Appeler les secours : les pompiers (18) ou le SAMU (15)
Le centre anti-poisons de Paris : 01 40 05 48 48

En cas de problème persistant, après le passage du chauffagiste contactez à Paris la Direction des Transports et de la Protection du Public / Bureau de sécurité de l’habitat :

En cas de problème persistant, après le passage du chauffagiste contactez en banlieue parisienne les services communaux de votre ville.

En cas de problème persistant, après le passage du chauffagiste contactez en province les Agences Régionales de Santé.

Monoxyde : Les bons gestes http://africa1.com/Monoxyde_Lesbonsgestes.pdf

Guide la qualité de l’air intérieur
http://africa1.com/Guideair.pdf

photos de l'émission

1

écouter l'émission

INPES : Le monoxyde de carbone et l’aération de la maison

Télécharger