Ligue contre le cancer : Dépistage organisé du cancer colorectal

Par webmaster, le 24 juin 2015

Les invités :

Dr Hakim Bécheur, gastro entérologue et hépatologue à l’Hôpital Bichat à Paris.
Dr Hélène Delattre Massy, ADK 92, Association pour le dépistage des cancers, structure de gestion qui s’occupe du dépistage organisé dans les Hauts de Seine.
Jacques Deschamps, de la Ligue contre le cancer (secrétaire général de la Ligue contre le cancer - Comité de Paris)

2015 marque une véritable avancée dans le dépistage du cancer colorectal avec la mise en place d’un nouveau test de dépistage.

Plus simple, plus rapide d’utilisation et plus performant, ce test mis à disposition auprès des médecins généralistes dans le cadre du programme de dépistage organisé du cancer colorectal s’adresse aux personnes de 50 à 74 ans.

La mise en place de ce test doit permettre une meilleure participation de la population au programme de dépistage. Face à cet enjeu majeur de santé publique, le dépistage organisé permet d’augmenter significativement les chances de guérison des patients.

LES PRINCIPAUX CHIFFRES DU CANCER COLORECTAL EN FRANCE

UNE PARTICIPATION A AMELIORER

En 2013-2014 seules 29,8 % des personnes concernées ont réalisé le test avec de fortes disparités selon le sexe (31,5 % des femmes vs 27,9 % des hommes) et l’âge : le taux de participation augmente avec l’âge chez les hommes (23,8 % entre 55-59 ans à 36,1 % à 70-74 ans) comme chez les femmes (27,8 % entre 50-54 ans à 37,1 % entre 70-74 ans). C’est encore trop peu.

QU’EST UN CANCER « COLORECTAL

EXPLICATION DE CE QU’EST UN CANCER « COLORECTAL » ET LA NOTION DE POLYPE

Expliquer le mot « colorectal » et où se situe ce cancer : le cancer colorectal se situe dans les intestins, soit dans le côlon (appelé aussi gros intestin), soit dans le rectum (dernière partie du tube digestif). D’où le mot « colorectal », compression de « côlon » et « rectum ».

Dans la majorité des cas, le cancer colorectal se forme à partir de petites lésions nommées polypes ou adénomes. Avec le temps, ces lésions peuvent grossir et dégénérer en cancer. Enlever un polype avant qu’il ne se transforme peut ainsi permettre d’éviter le développement d’un cancer.

QU’EST-CE QUE LE DEPISTAGE ORGANISE ?

(Rappel du processus avec la structure de gestion)
Les hommes et les femmes de 50-74 ans sont invités par courrier tous les 2 ans à consulter leur médecin traitant pour se procurer un test de dépistage. Ce courrier leur est adressé par la structure qui gère l’organisation des dépistages dans leur département.

Lors de la consultation, le médecin conseille et oriente son patient en fonction de son niveau de risque de cancer colorectal. Le test est approprié pour les personnes qui n’ont pas de symptôme apparent ni d’antécédents personnels ou familiaux d’adénome ou de cancer colorectal. Si c’est le cas, le médecin le remet à son patient. Sinon, le médecin oriente son patient vers un spécialiste (gastroentérologue).

QU’EST-CE QUE LE TEST DE DEPISTAGE ?

Le programme de dépistage repose sur un test de recherche de sang dans les selles. C’est un test rapide à réaliser chez soi, indolore. Il consiste à prélever un échantillon de selles, qu’on envoie ensuite pour analyse (détailler toutes les phases).
Le test et son analyse sont pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie sans avance de frais. La consultation médicale est prise en charge dans les conditions habituelles.

LES AVANTAGES DU NOUVEAU TEST
• Un test plus simple : le test immunologique est plus pratique d’utilisation car il ne nécessite qu’un seul prélèvement de selles contre six précédemment. L’ergonomie du test est mieux étudiée.
• Un test plus performant : ce nouveau test permet une meilleure détection des cancers et des lésions précancéreuses. Grâce à sa sensibilité élevée, il détecte 2 fois plus de cancers et 2,5 fois plus d’adénomes avancés.
• Un test plus fiable : le test ne peut pas être rendu positif par l’hémoglobine animale issue de l’alimentation. La lecture automatisée et centralisée de ce test garantit une meilleure fiabilité.

Les résultats :

- Si le test est négatif (96 % des cas), il est important de le refaire 2 ans plus tard.
- Si le test est positif (soit dans seulement 4 % des cas), le médecin traitant adresse dans un second temps le patient à un gastroentérologue pour réaliser une coloscopie. (rassurer en précisant que cela ne signifie pas que c’est un cancer mais qu’un saignement a été identifié et qu’il est important d’en identifier l’origine).

LA COLOSCOPIE

Qu’est-ce qu’une coloscopie ? Dans quel cas est-elle prescrite ?
Quels sont les risques liés à la coloscopie ? Rappeler que les risques sont rares mais qu’ils existent, comme pour tout acte médical.

LE DEPISTAGE DOIT ETRE FAIT MEME SI ON SE SENT EN BONNE SANTE

Il est important de faire le test tous les 2 ans même si on se sent bien et que l’on n’a aucun symptôme, car un polype ou un cancer peuvent se développer pendant des années sans provoquer de gêne ou de douleur. L’intérêt du dépistage est justement de pouvoir détecter une anomalie le plus tôt possible, avant même que les symptômes n’apparaissent.

UNE PARTICIPATION AU DEPISTAGE ENCORE INSUFFISANTE :

Les freins au dépistage peuvent être abordés en plateau : ne pas se sentir concerné, l’absence de symptôme (confusion entre dépistage et diagnostic), la peur liée à l’examen (confusion entre test et coloscopie), la peur liée aux résultats, situation financière difficile, tabou ou gêne liés à la localisation de ce cancer et aux modalités du test…

LES BENEFICES DU DEPISTAGE PRECOCE DU CANCER COLORECTAL :

Le dépistage permet de détecter un cancer le plus tôt possible, afin d’augmenter les chances de guérison et de diminuer la lourdeur des traitements et les éventuelles séquelles. Plus le cancer est petit, moins le traitement est lourd et plus les chances de guérison sont grandes. S’il est dépisté à temps, le cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10.

Mieux encore, le dépistage peut permettre d’éviter un cancer en repérant et en retirant des petites lésions (appelées polypes) avant qu’elles ne se transforment en cancer.

LE ROLE TRES IMPORTANT DU MEDECIN TRAITANT :

Le dépistage repose essentiellement sur le dialogue patient – médecin. Le médecin évalue la situation du patient et l’oriente en fonction de son cas (notamment de ses antécédents médicaux et familiaux). Le médecin traitant peut également prescrire une coloscopie, sans passer par le test à faire chez soi.
Lorsqu’il remet le test, le médecin explique au patient les modalités de réalisation, les avantages et les limites de ce test, et les suites éventuelles.

Le dialogue avec le médecin constitue un facteur essentiel de participation au dépistage du cancer colorectal. Il permet de lever beaucoup de freins, et de mieux comprendre l’importance du dépistage et ses modalités.

Rappeler aux auditeurs l’importance de consulter son médecin traitant au moins une fois par an. Le médecin traitant n’est pas réservé aux enfants quand ils sont malades, mais à toute la famille…
Appel aux auditrices : sensibiliser votre mari à ce test (les hommes participent un peu moins au dépistage)…

Attention, le dépistage organisé par le test immunologique, est réservé à la population générale de 50 à 74 ans, sans facteur de risque, et sans symptôme (saignements, douleurs, modifications des selles…). Les familles et les personnes qui ont un risque élevé à très élevé de cancer du côlon et/ou rectum (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, polyposes héréditaires… ou antécédents de cancer) doivent avoir un suivi personnalisé basé sur LA COLOSCOPIE.

LE COLON TOUR®, UNE OPERATION DE SENSIBILISATION DES PUBLICS POUR PERMETTRE DE LEVER LES FREINS AU DEPISTAGE :

Dans l’objectif d’améliorer la participation au dépistage et de lever les freins et tabous au dépistage, la ligue nationale contre le cancer organise une opération partout en France, le côlon tour®, organisée en partenariat avec la Société Française d’Endoscopie Digestive (SFED) et la Fondation d’Aide et Recherche en Cancérologie Digestive (ARCAD).

Le Côlon Tour® a pour objet de sensibiliser le public à participer au dépistage du cancer colorectal, via une activité pédagogique (une structure gonflable de 12 mètres de long) qui présente l’intérieur du côlon et les lésions qui peuvent être présentes à différents stades. Il permet d’expliquer l’intérêt du dépistage grâce au test de recherche de sang dans les selles, et de la coloscopie.
Cette année, 100 villes de France bénéficient de cette action pour aborder les questions de prévention et du dépistage du cancer colorectal de manière ludo-pédagogique.

- Si vous avez plus de 50 ans, parlez-en avec votre médecin.
- Votre médecin est là pour répondre à vos questions et vous expliquera comment faire le test.
- Dépisté à temps, un cancer colorectal se guérit dans la majorité des cas (90%) _ => N’attendez pas, car le dépistage peut vous sauver la vie.

LE DEPISTAGE : UN GESTE SIMPLE QUI PEUT SAUVER LA VIE

Ressources :
e-cancer.fr avec le mode d’emploi vidéo qui explique comment réaliser le test.

La Ligue contre le cancer : 0810 111 101
Ligue-cancer.net, et la page internet « le côlon tour près de chez vous ».

photos de l'émission

1

écouter l'émission

Ligue contre le cancer : Dépistage organisé du cancer colorectal

Télécharger