ESTER RADA
Voter
Ester Rada -

La chanteuse Israélienne d’origine éthiopienne sort son premier album : Ester Rada.

La jeune femme, élevée aux chants liturgiques juifs, nous livre dans cet album les multiples facettes de sa personnalité. Comme elle le dit si bien : « je suis un mélange de beaucoup de choses », à l’instar de ce qu’elle dégage, sa musique est pop, légère et rythmée. La chanteuse explore et nous fait découvrir la musique de ses origines.

En commençant par l’ethio-jazz des années 60-70 qui résonne plus particulièrement sur le titre Bad Guy.
Elle revisite le néo-soul, l’afro-beat et le reggae en y mêlant des sonorités jazzy, psyché-rock et pop.

De par sa voix douce, colorée et affirmée, elle incarne la génération héritière des grandes figures de la musique afro-américaine, telle qu’Aretha Franklin, Nina Simone ou encore Ella Fitzgerald qu’elle cite parmi ses icônes.

Ce doux mélange des genres ne se fait ni en hébreu ni dans sa langue d’origine mais tout simplement en anglais. En ce sens sa musique s’adresse et est accessible à tous. A l’exception du titre Nanu Ney interprété dans la langue amharique (Ethiopie).

Celle qui voit en la pochette de son album un « Sion pavé d’or, un lieu de paix » est en train de construire petit à petit son propre empire. Un empire qui s’étendrait de la chanson à la comédie, puisque Ester Rada est également une adepte de la comédie.

Sadia Mandjo

Lire aussi...

L’année du Zouk 2017
L’ANNEE DU ZOUK 2017 _ Depuis plus de dix ans, les plus grands chanteurs de zouk du moment se (...)
NE SO
Rokia Traoré, cette femme à la peau d’ébène ne cesse de surprendre. Sa vision du monde, sa (...)
PUNK ISLANDS
"Punk Islands" est le tout dernier album de l’artiste Mahorais, M’Toro Chamou. Sa musique (...)
REVELATION
Moundele Ndombi, c’est le nom d’adoption africain donné au célèbre Jazzman Baptiste Dobiecki qui (...)
JE PENSE
Le maestro Fabregas dont la réputation ne cesse d’accroître est de retour avec l’ apparition de (...)
SOMMATION
Les Congolais n’en finissent pas de nous surprendre ! Après Kevin Mola, Fally Ipupa, Pierre (...)