18 octobre 2017

Kenya : le chef de la Commission électorale ne croit pas en un scrutin crédible

Le président de la Commission électorale kenyane, Wafula Chebukati, lors d'une réunion de la commission le 7 février 2017 à Nairobi ©AFP


Nairobi (AFP)

Le président de la Commission électorale kényane (IEBC) a mis en doute mercredi la possibilité d’organiser un scrutin présidentiel crédible le 26 octobre, pendant que l’opposition appelait à des manifestations le jour même de l’élection.

Le ciel continue à s’assombrir au-dessus de cette élection du 26 octobre, prévue après l’annulation du scrutin présidentiel du 8 août, et dont il est de plus en plus difficile d’anticiper dans quelles conditions elle va se dérouler.

Le chef de l’IEBC, Wafula Chebukati, dans un long et poignant message lu devant les caméras, s’est d’abord estimé incapable, en l’état, de garantir l’équité de ce scrutin.

Quelques heures après la démission d’une des sept commissaires de l’IEBC, Roselyn Akombe, qui comptait parmi ses rares soutiens au sein de l’institution, M. Chebukati s’est livré à une critique virulente des dirigeants politiques kényans, de tous bords.

-’Carton jaune’-

"Je donne un carton jaune à tous les dirigeants politiques du pays (...) En tant qu’arbitre, je veux adresser un sévère avertissement aux joueurs de ce match, dans tous les camps, (pour leur signifier) qu’ils devraient cesser toutes tentatives d’interférer avec le processus", a-t-il déclaré.

"Ironiquement, ceux-là mêmes, les dirigeants politiques, qui sont censés bâtir la Nation, sont devenus la plus grande menace à la paix et à la stabilité de la Nation", a-t-il poursuivi, prévenant qu’il "ne tolérerait plus les interférences sur la Commission".

Ces interférences se sont ajoutées aux dissensions internes qui minent l’IEBC pour saper son autorité et l’empêcher de garantir le bon fonctionnement de la Commission, a également observé M. Chebukati.

"J’ai fait plusieurs tentatives pour obtenir des changements majeurs, mais toutes mes propositions ont été rejetées par une majorité de commissaires", a-t-il dénoncé.

"Dans de telles conditions, il est difficile de garantir une élection libre, équitable et crédible", a-t-il ajouté, précisant cependant que la Commission était, sur le plan technique et logistique, prête à organiser l’élection du 26 octobre.

Ce scrutin fait suite à l’annulation le 1er septembre par la Cour suprême de l’élection du 8 août, marquée par la confortable réélection de M. Kenyatta (54,27% des voix).La Cour avait vertement tancé l’IEBC pour avoir organisé une élection qui n’était "ni transparente, ni vérifiable".

Le leader de l’opposition, Raila Odinga, s’est rapidement saisi des critiques formulées par M. Chebukati, en appelant à des manifestations massives le 26 octobre.

- ’Une parodie’ -

"Les manifestations vont se poursuivre et, le 26, ce seront les plus grandes manifestations, dans l’ensemble du pays", a-t-il déclaré lors d’un meeting à Nairobi devant plusieurs milliers de personnes.

Il n’y aura "pas d’élection", a-t-il même promis, sans toutefois préciser comment il comptait parvenir à ce résultat.L’opposition pourrait décider de perturber l’élection, mais M. Odinga ne peut le dire ouvertement sans risquer d’être poursuivi pour incitation à la violence.

L’opposition a déjà mené une série de manifestations pour obtenir une réforme de l’IEBC.Elle les a suspendues mardi, après la mort depuis vendredi de trois jeunes hommes, tués par balle, et il n’est pas clair au vu des propos de M. Odinga quand exactement elle entend les reprendre.

Au moins 40 personnes ont été tuées depuis l’élection, la plupart dans la répression brutale des manifestations par la police, selon les organisations de défense des droits de l’Homme.

Considérant que ses demandes de réforme de l’IEBC n’ont pas été entendues, M. Odinga, 72 ans, avait annoncé dès la semaine passée qu’il ne prendrait pas part au scrutin du 26 octobre.

Il estime que son retrait, qu’il n’a cependant pas formalisé, devrait entraîner l’annulation du scrutin et l’organisation d’un tout nouveau processus électoral, solution rejetée par M. Kenyatta, 55 ans.

M. Chebukati a également demandé aux membres du secteur administratif de l’IEBC - le personnel non élu contrairement aux commissaires - qui avaient été mis en cause après l’invalidation du scrutin précédent de se mettre en retrait.

"Sans des changements majeurs au niveau de membres clés du personnel du secrétariat, une élection libre, équitable et crédible sera sûrement rendue impossible", a-t-il insisté.

Ses propos visent en particulier le directeur exécutif de l’IEBC, Ezra Chiloba, qu’il avait déjà mis en cause pour les dysfonctionnements observés pendant l’élection du 8 août dans un courrier ayant fuité dans la presse.

Mme Akombe, qui a fui à New York où elle est installée depuis plusieurs années, avait auparavant également estimé que l’IEBC "dans son état actuel ne peut certainement pas garantir une élection crédible le 26 octobre 2017".

"Je ne veux pas faire partie d’une telle parodie", avait-elle ajouté, soulignant avoir craint pour sa vie quand elle était au Kenya.

Dans la même rubrique :

  • Le journal BBC Afrique Matin

  • Le journal BBC Afrique Midi

Lire aussi...

Evra et l’OM se quittent
Patrice Evra et L’Olympique de Marseille : c’est terminé ! Dans un communiqué officiel, le club (...)
Puma s’offre MHD pour le nouveau maillot du Cameroun
Puma s’est offert un VRP de luxe pour la promotion du nouveau maillot de la sélection (...)
Exposition Afrika’s
Du 8 novembre au 8 décembre 2017, l’Hôtel Renaissance Paris République & la galerie Arts Design (...)
CAF Awards : Joueur Africain de l’Année 2017
La Confédération Africaine de Football a révélé les 30 joueurs, dans chaque catégorie, nommés pour (...)
Au Kivu, on viole et massacre dans un silence…assourdissant
Tribune de YAMINA BENGUIGUI Au Kivu, on viole et massacre dans un silence…assourdissant _ (...)