Evans Mbugua, figure pop art de l’Afrique contemporaine

Par Salah Eddine, le 24 octobre 2017

Le Kenyan Evans Mbugua revendique sa place d’artiste contemporain. « Le contemporain c’est moi, c’est aujourd’hui, c’est ce que je vis, c’est vous, c’est moi, c’est nous, c’est notre environnement, c’est ce que nous vivons », explique l’artiste de 37 ans.
_

JPEG - 66.9 ko

_

Sa nouvelle exposition s’intitule “HIGHLIFE” et est visible à la Galerie Art-Z jusqu’au 12 novembre.

Le titre de l’exposition reprend un style de musique très populaire dans les années 90 au Nigeria, mais pour Mbugua c’est aussi une façon de décrire la célébration de la vie.

« Le highlife au Nigeria n’était seulement une célébration de la vie mais une forme de revendication du bien-être et de la joie et moi je célèbre ma joie de vie », dit Mbugua.

Cette revendication de la joie de vivre se retrouve dans les couleurs étincelantes qui recouvrent ses toiles. Olivier Sultan, le directeur de la Galerie A-Z, confie que le tableau qui donne le titre à l’exposition est l’un de ses préférés. Il aime l’image d’une figure qui émerge comme un fantôme d’un fond noir.
_

JPEG - 106.9 ko

_

Olivier Sultan a découvert le travail de Mbugua lors d’une exposition collective à Paris il y a quelques années. C’est exactement le genre d’artistes africains contemporains qu’il souhaite faire découvrir.

« J’ai vu son travail évoluer, la subtilité des contrastes de sa peinture... J’aime beaucoup la profondeur, le relief, c’est vraiment très intéressant. J’aime aussi le fait qu’il utilise des icônes, célèbres mais aussi parfois des gens qu’il connaît, qu’il prend en photos. Ces toiles sont comme une galerie de portraits, un visage de l’Afrique contemporaine. Elle représente l’Afrique d’aujourd’hui. »

« C’est à la fois un artiste africain, incontestablement, mais en même temps, il a un côté pop art que j’aime beaucoup. », dit Sultan.

Pour créer ses tableaux, Mbugua utilise le verre et le plexiglas pour créer différentes profondeurs. Il utilise aussi une technique qu’on peut décrire comme une sorte de « pointillisme », des petits points de peint qui apparaissent dans petits détails des portraits pour mettre l’emphase sur une caractéristique ou autre : un sourire, une tresse, des lunettes de soleil...
_

JPEG - 84.9 ko

_

Cette technique reflète ses racines artistiques. Il a étudié à l’école des Beaux-Arts de Pau, où il a obtenu son diplôme de design graphique en 2005. Il a ensuite passé presque une décennie à travailler comme directeur artistique pour des agences de publicité à Toulouse. Ces œuvres mélangent son expertise technique graphique avec des éléments artistiques plastiques plus traditionnels, comme la peinture et le relief. Le résultat célèbre la vie et l’Afrique, à l’instar des rythmes du highlife.
_

Leonor Grave

JPEG - 69.9 ko

Dans la même rubrique :