Communiqués

<< Retour à la une
7 décembre 2017

Les enfants invisibles : moins d’une naissance sur deux est enregistrée en Afrique subsaharienne

Quatre-vingt-quinze millions d’enfants en Afrique Subsaharienne n’ont pas été enregistrés à la naissance, et ce nombre pourrait grimper à 115 millions en 2030 si des mesures énergiques ne sont pas prises, affirme l’UNICEF aujourd’hui.
 

L’UNICEF publie ces chiffres à l’occasion de la Quatrième Conférence des ministres africains chargés de l’enregistrement des faits d’état civil qui se tient à Nouakchott en Mauritanie cette semaine, et demande aux pays africains de donner la priorité à l'enregistrement des naissances en tant que première étape critique d'un système national fonctionnel d'enregistrement civil et de statistiques vitales

« La non existence légale des enfants ne peut pas continuer à des niveaux si élevés, » a déclaré Leila Pakkala, Directrice Régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Est et Afrique Australe. « Sans document prouvant son identité, son âge ou sa nationalité, un enfant est exposé aux violations de ses droits, tels que le mariage précoce, le travail forcé ou le recrutement dans les forces armées. »

Selon l’UNICEF, l’analyse des tendances montre que le taux d’enregistrement des naissances ne s’est pas amélioré aux cours des seize dernières années. Avec une population infantile en pleine croissance, et des progrès trop lents en matière d’état civil, il pourrait en 2030 y avoir près de 115 millions d’enfants sans existence légale en Afrique subsaharienne, ce qui est bien loin de l’objectif de développement durable 16.9 qui vise à garantir à tous une identité juridique, notamment grâce à l’enregistrement des naissances.

Cependant, malgré les nombreux défis, il est démontré à travers le continent que la coordination avec d'autres secteurs sociaux, en particulier les services de soins de santé pour les enfants, ainsi que les campagnes de vaccination, peut accélérer et augmenter l’enregistrement des enfants nés dans les établissements de santé et à la maison.

« Dans plusieurs pays sur le continent, l’expérience a montré que le couplage des services de santé et d'état-civil peut remédier aux faibles taux d'inscription des naissances, » a déclaré Marie-Pierre Poirier, directrice régionale de l'UNICEF pour l'Afrique de l’Ouest et du Centre. « Des pays comme le Ghana, le Mali, le Sénégal, l'Ouganda, la Namibie et l'Éthiopie ont presque doublé leurs taux d’enregistrement en liant les deux secteurs. »

L’UNICEF soutient Le Programme pour l’Amélioration Accélérée de l’Enregistrement des Faits d’Etat Civil et de l’Etablissement des Statistiques de l’Etat Civil en Afrique (APAI-CRVS), qui vise à réformer définitivement les systèmes d'état civil, y compris l'enregistrement des naissances sur l'ensemble du continent.

Distribué par APO Group pour UNICEF Chad.

Dans la même rubrique :

-->
  • Le journal BBC Afrique Matin

  • Le journal BBC Afrique Midi

Lire aussi...

Le groupe COFINA lance un appel pour nommer sa nouvelle institution consacrée aux femmes entrepreneures
La Compagnie Financière Africaine (COFINA), première institution africaine de mésofinance, annonce (...)
Femua 11 : Le premier ministre, parrain de cette nouvelle édition
On en sait plus sur la 11ème édition du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo. Le Premier (...)
Lancement du très attendu Marché Unique Africain du Transport Aérien
Aujourd’hui, lors d’un événement historique qui s’est tenu à Addis-Abeba, en Éthiopie, à l’occasion (...)
Aurélien Duarte fait son Human SHOW à Paris !
C’est un sportif qui a tout gagné en pieds poings, septuple champion du monde de Kick-Boxing, (...)
Mohamed Salah, Le Pharaon devenu Roi
« Ne jamais cesser de rêver, ne jamais cesser d’y croire » Sourire angélique, costume sur mesure (...)